Passer au contenu principal
Menu

Anoreg / BR signe les termes de coopération technique du système de l'apostille de La Haye et de la convention

Brasilia (DF) - Dans l'après-midi du mercredi (15.05), l'Association des notaires et des registraires du Brésil (Anoreg / BR), conjointement avec l'Association nationale des registraires des personnes physiques (Arpen / BR) et le Collège des notaires du Brésil (CNB / CF). ) a signé la Convention de coopération technique pour le développement du nouveau système d’apostille au siège du Conseil national de la justice (CNJ), gestionnaire de projet et responsable de la maintenance.

À l’occasion, les entités ont officiellement signé le partenariat pour les manifestations culturelles et juridiques liées au forum international 11º sur le programme d’apostille électronique (e-APP) de la Conférence de La Haye de droit international privé (HCCH), qui se tiendra à Fortaleza (CE), de 16 à 18 en octobre.

Le président de Anoreg / BR, Cláudio Marçal Freire, a parlé de la mission de transformer l'apostille du papier au numérique. "Avec cette nouvelle plate-forme, nous placerons le Brésil où il mérite de figurer parmi les pays les plus développés du monde, notamment en ce qui concerne la Convention de La Haye. C'est une grande joie d'être ici lors de cet événement. " Le président a remercié le CNJ et le ministère des Affaires étrangères pour leur confiance dans les notaires et les greffiers, qui ont déjà traité plus de six millions de documents au Brésil.

Le président de la CNB / FC, Paulo Roberto Gaiger Ferreira, a remercié le ministère des Affaires étrangères et le Conseil national de la justice pour avoir reconnu dans le secteur extrajudiciaire du Brésil la compétence pour faire l'apostille. "Ce travail a été fait avec qualité. Il existe déjà des millions de documents apostillés et nous avons maintenant ce nouveau défi de le perfectionner, en numérisant encore plus ce processus. Le Brésil a la possibilité de montrer aux autres pays de la communauté de La Haye que nous offrons un service de qualité au citoyen ", a-t-il ajouté.

Déjà, le président d’Arpen / BR, Arion Toledo Cavalheiro Júnior, a souligné que, pour que les documents soient valables dans d’autres pays, après que le Brésil soit devenu signataire de la Convention de La Haye, ils devaient être apostillés et validés par les autorités brésiliennes. "Avec l'autorisation des notaires et des greffiers d'écrire des documents publics, la société brésilienne gagne. Il s’agit d’une procédure agile et rapide qui, grâce à cette signature, fera progresser techniquement et technologiquement ".

La juge Carlos Vieira Adameck a souligné que la divulgation internationale du Brésil permettait aux autres signataires de se familiariser avec le travail des notaires et des greffiers, affirmant que "le potentiel de développement de la plate-forme numérique donnera certainement au système plus de souplesse et de sécurité, a besoin de ce service de légalisation. Au nom du CNJ, je dis que nous ferons tout notre possible pour structurer cela ", a-t-il ajouté.

Le ministre de la justice de Jusitca, le ministre Humberto Martins, a souligné l'importance du partenariat entre les responsables du document, notant que "la durée de la coopération est une étape importante dans l'histoire du notaire et du service d'enregistrement brésiliens. À cette date, la réunion internationale de la Convention de La Haye sur l'Apostille, qui se tiendra pour la première fois en dehors des Pays-Bas, sera une source de grande fierté pour la nation et le pouvoir judiciaire brésilien. " Selon Martins, le Brésil recevra le séminaire sur l'efficacité du service d'apostille électronique, atteint au cours de cette période d'environ trois ans.

Également présent à la réunion, le directeur du Département de la sécurité et de la justice du ministère des Affaires étrangères, le ministre André Veras Guimarães, a parlé de la compétence et du sérieux du service extrajudiciaire brésilien. "Le choix que nous avons fait était extrêmement précis, non seulement les chiffres démontrent, mais aussi la qualité du service fourni." Selon le ministre, le choix de Fortaleza pour accueillir le séminaire était stratégique, car outre la beauté de la ville, il était pensé à un accès facile, principalement aux pays européens.

"Nous sommes à la pointe du monde dans ce domaine qu'est l'apostille. Il n’existe aucun pays qui ait la structure et la taille que nous avons et qui réussisse à fournir un service aussi sécurisé au destinataire ", a-t-il déclaré.

Le secrétaire général adjoint et juge suppléant de la présidence du CNJ, Márcio Evangelista, a souligné que "le Brésil n'avait jusqu'à présent guère eu de pertinence internationale devant La Haye, il faisait partie de la Convention, mais il n'était pas appelé aux conventions techniques à ce sujet. Le Brésil a été reconnu comme un partenaire nécessaire. " Pour Evangelista, l’intention est que le système électronique soit une plate-forme ouverte et libre que La Haye puisse offrir à d’autres pays.

La conseillère nationale pour la justice, Maria Iracema Martins, a souligné l'honneur de choisir Ceará pour accueillir la réunion internationale de la Convention de La Haye sur l'Apostille. "Nous ferons tout pour accueillir les pays 113 qui participeront. C'est beaucoup de responsabilité, mais ce sera un grand événement. "

Le Corregidor national de la justice, le ministre Humberto Martins, a été signé; le directeur du département de la sécurité et de la justice du ministère des affaires étrangères, le ministre André Veras Guimarães; le secrétaire général du Conseil national de la justice, le juge Carlos Vieira Adameck; le directeur général du Conseil national de la justice, Johaness Eck; le président d'Anoreg / BR, Cláudio Marçal Freire; le président de CNB / CF, Paulo Roberto Gaiger Ferreira; le président d'Arpen / BR, Arion Toledo Cavalheiro Junior; et la vice-présidente de la CNB / CF, Emanuelle Perrota.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

EnglishFrançaisPortugaisEspagnol
Retour au sommet